La peau, première barrière de protection

La peau, première barrière de protection de notre organisme

La peau, un organe qui protège l'intérieur de notre organisme, se compose de différentes couches :
l'épiderme, le derme et l'hypoderme. La peau enveloppe l'ensemble du corps et nous protège, au quotidien, contre les agressions extérieures comme les substances nocives, la pollution, le rayonnement et les micro-organismes. Ce rôle de barrière constitue l'une des principales fonctions de la peau. Mais elle fait encore bien plus que cela. Notre peau régule l'hydratation générale de l'organisme, maintient la température corporelle à niveau et remplit d'importantes fonctions métaboliques, par exemple lors de la conversion de la lumière solaire en vitamine D. D'autre part, la peau assure l'élimination des toxines par le biais du mécanisme de la transpiration. C'est également via les terminaisons nerveuses présentes dans la peau que nous pouvons sentir, toucher et percevoir.

Une couche protectrice naturelle au pH acide
L'épiderme est recouvert d'un film hydrolipidique invisible composé de sueur, de sébum et de cellules mortes et a un pH acide compris entre 4,5 et 5,5. Ce « manteau acide protecteur » joue un rôle très important dans la protection de notre organisme contre les agressions extérieures. Il s'agit d'une couche protectrice naturelle qui prévient le dessèchement de la peau, qui protège la peau contre les mycoses et les bactéries pathogènes et qui offre les conditions de vie adéquates aux « bonnes » bactéries de la peau. Ce mécanisme de protection naturel est assuré par le métabolisme cellulaire qui renouvelle sans cesse les cellules de l'épiderme et du manteau acide protecteur.
Le cycle de vie complet des cellules de l'épiderme est d'environ 30 jours.

La problématique des peaux matures

Dans le cas de la peau mature, le renouvellement cellulaire est beaucoup plus lent: le cycle de vie complet des cellules est d'environ 60 jours. L'épiderme a donc besoin de deux fois plus de temps pour se régénérer. La peau se dessèche et l'équilibre eau/graisse du film hydrolipidique est menacé. Par conséquent, le pH perd son degré d'acidité (la valeur du pH augmente jusque 6,0) et l'action protectrice contre les bactéries pathogènes est réduite. La peau devient alors plus vulnérable aux agressions extérieures, comme les fuites urinaires et la toilette quotidienne.