bg-country-switch
Now & Then

Ascendance – de 1945 à nos jours

Après avoir perdu ses sites en dehors de l'Allemagne pendant la Deuxième Guerre mondiale, la société PAUL HARTMANN renonça aux investissements à l'étranger pendant un moment. Cette situation a changé en 1972 avec la création de HARTMANN-FRANCE S.A. Aujourd'hui, le Groupe est présent dans plus de 30 pays. Troisième volet de l'histoire de la société, de 1945 à nos jours.

Historical portrait of Walther Hartmann
Walter Hartmann

1945 fut « l'heure H » pour l'Allemagne, et aussi pour la société PAUL HARTMANN. Ses employés se mirent au travail et bénéficièrent du soutien de nombreux réfugiés parmi les 14 000 en provenance d'Europe de l'Est qui élurent domicile à Heidenheim. Des changements importants eurent lieu au niveau de la direction de l'entreprise. Le directeur général de la société, Walter Hartmann, mourut en 1944, ce qui amena la famille à la réflexion et à un retrait progressif tandis que les chefs externes prirent de l'importance. Le 1er juillet 1945, Günther Klüsmann fut nommé membre suppléant du conseil d'administration et, en 1946, devint membre à part entière.

Les ventes des produits HARTMANN stagnèrent pendant ces années. En ces temps de famine, personne n'avait tout simplement les moyens de les acheter. La situation changea progressivement après la réforme monétaire de 1948. 1948 connut également un autre changement de taille : Gerhard Marx, ingénieur, fut nommé membre suppléant du conseil d'administration et, en 1950, devint membre à part entière. Une chose, pourtant, n'avait pas changé : la société restait ouverte aux innovations qu'elle considérait comme des opportunités. En 1950, une machine d'Hollerith fut ainsi installée à Heidenheim. Ce système de carte perforée permettait de stocker des informations numériques en faisant des trous à des endroits spécifiques sur les cartes.

Les couches jetables connaissent un franc succès

En 1956, la production de filtres à lait s'étendit et le département des bandages adhésifs s'agrandit. De plus, la société HARTMANN était reliée à un système de récupération des solvants. Tout cela porta ses fruits, avec des ventes excédant pour la première fois 50 millions de deutschemark en 1963. La grande innovation suivante allait bientôt voir le jour : des couches jetables pouvant être facilement éliminées après usage. Elles remplacèrent progressivement les couches en tissu utilisées jusque-là et qui nécessitaient un lavage laborieux après chaque utilisation. La première machine de production des couches jetables fut installée chez HARTMANN à Heidenheim en 1964.

Dans ce domaine aussi, la société franchit une étape décisive. HARTMANN continua à produire les couches de marque Fixies jusqu'en 2005. En 1965, Heinrich Holch reprit la présidence du conseil de surveillance et cette même année, la société fit activement son entrée dans le secteur des biens de consommation. Les lingettes et les cotons-tiges, par exemple, vinrent renforcer la gamme et étaient vendus dans les magasins de détail. La stratégie de la société s'éloigna dès lors de la fabrication traditionnelle de produits médicaux.

« HARTMANN aide la guérison »

Historical poster of claim HARTMANN hilft heilen

Pour rendre les rachats hostiles plus difficiles, les actionnaires de PAUL HARTMANN AG, existant sous cette forme depuis 1912, formèrent une association de protection. Créé en 1964, ce cercle jeta des bases économiques stables pour l'entreprise. La nomination de Friedrich-Wilhelm von Seydlitz-Kurzbach au conseil d'administration en 1968 marqua le début d'un autre style de direction. Il se tourna, par exemple, vers le marketing moderne et réhabilita le slogan publicitaire populaire « HARTMANN aide la guérison ».

Sous la direction de Seydlitz-Kurzbach, les prévisions des ventes étaient à la hausse, et augmentèrent effectivement, avec un record de plus de 100 millions de deutschemark en 1970. Le succès de la société était cependant presque exclusivement dû aux activités en Allemagne ; les exportations étaient quasi nulles. La société ne possédait pas davantage d'usine ni de filiale à l'étranger. Après les expériences de la Deuxième Guerre mondiale, qui s'est soldée par la perte de tous les sites de HARTMANN à l'étranger, la société a hésité à investir en dehors de l'Allemagne – notamment en raison de la situation politique incertaine en Europe.

Percée sur le marché de l'incontinence

Ce n'est qu'en 1972 que HARTMANN consentit son premier investissement à l'étranger avec la création de HARTMANN-FRANCE S.A. dans la ville alsacienne de Châtenois. Au fil des ans et des décennies, des filiales et usines supplémentaires furent établies en France et dans d'autres pays. En 1993, la société avait emboîté le pas dans des pays comme la Belgique, les Pays-Bas, l'Autriche, la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Espagne, la République tchèque et le Portugal. Elle investit également en Arabie saoudite et en Turquie. En 1974, la société lança la fabrication de produits de prévention des risques en cours d'opération ainsi que de produits d'incontinence ; ceux-ci se sont avérés être une décision stratégique tournée vers l'avenir. À partir de rien, la société construit des usines de production et mit sur pied sa propre équipe commerciale. Aujourd'hui, l'incontinence est le secteur du groupe qui enregistre les meilleures ventes.

Albrecht Hartmann fut le dernier membre familial du conseil d'administration et mourut en 1977. En 1983, les ventes du Groupe HARTMANN dépassèrent, pour la première fois, les 500 millions de deutschemark et passèrent au-dessus de la barre du milliard en 1990. Au fil des ans, les produits ont été perfectionnés et la gamme étendue. Les thermomètres cliniques modernes conçus dans les années 1980 et les produits d'incontinence portés comme des sous-vêtements ordinaires constituent deux exemples. Dans les années 1990, la société ne cessa de s'étendre sur les marchés d'Europe de l'Est, la Russie ayant rejoint les rangs en 1997

Accent sur les acquisitions

Historical advertisement picture portraying woman holding Sterillium

Depuis l'an 2000, HARTMANN se concentre fortement sur les acquisitions. En 2000, la société a racheté Karl Otto Braun GmbH & Co. KG, spécialiste des bandages et textiles médicaux utilisés en phlébologie et lymphologie, ainsi que des produits pour la médecine du sport, l'orthopédie et le soin des plaies. En 2001, HARTMANN a racheté 80 pour cent de Kneipp avant d'acquérir la totalité de la société spécialisée dans les soins du corps et les produits pour le bain, les produits pharmaceutiques et les suppléments alimentaires en 2008. Sanimed est une autre filiale de HARTMANN depuis 2001 ; son portefeuille inclut des produits pour les soins des patients ambulatoires. Depuis 2009, BODE Chemie GmbH, réputé pour sa marque Sterillium, appartient également au Groupe. Cet achat a permis à HARTMANN de proposer une gamme de première main de solutions de protection contre les infections.

Aujourd'hui, PAUL HARTMANN AG est présent dans plus de 35 pays sur tous les continents et compte plus de 10 700 employés. En 2016, la société a enregistré un chiffre d'affaires de près de deux milliards d'euros. Depuis ses origines, le Groupe a contribué à faire progresser le secteur des soins de santé dans le monde entier. Dès le début, la force unique de HARTMANN a résidé dans sa proximité et ses partenariats avec les clients, les infirmiers professionnels et les patients. Ensemble, nous continuons à concevoir des solutions qui améliorent de façon durable la qualité des traitements médicaux et qui créent une valeur ajoutée quantifiable pour les professionnels de santé et les patients, d'une part, grâce à l'utilisation plus facile des produits et systèmes et, d'autre part, grâce à leur impact économique positif. PAUL HARTMANN AG et ses employés, à la base du succès de l'entreprise, poursuivront dans cette voie à l'avenir.