white background
At the HART

Transformer la douleur en passion : comment une infection nosocomiale a changé ma vie

La carrière de Linda Proce dans le domaine de la désinfection a débuté en 2009. Mais son histoire commence bien plus tôt.

L'année 2001 fut marquée par une infection nosocomiale, la deuxième dans ma vie. Mon père, âgé à peine de 57 ans, a succombé à des bactéries de type streptocoque A à Gram-positif.

Deux ans plus tôt, il s'était battu contre l'infection et avait réussi à la surmonter. Mais il souffrait de cardiomyopathie de stade 4 et avait survécu à 12 arrêts cardiaques. Il n'avait plus la force physique de se battre.

En qualité d'ancienne infirmière, je ne peux m'empêcher d’imaginer qu'une bonne hygiène des mains aurait permis d'éviter l'infection. C'est ce que je pense en tant que personne qui a eu l'habitude de soigner des patients souffrant d'infections similaires.

Tournant dans ma vie

Elderly couple together smiling

Trois ans plus tard, mes petites filles ont été prises au piège, seules avec ma mère mourante.

À presque deux et trois ans, mes filles voulaient qu'elle soit jolie. Elles l'ont habillée avec des vêtements de poupée, des jouets et des bibelots. C'est ce que la police m'a dit lorsque je suis rentrée à la maison. Après le décès de mon père (et après mes problèmes de santé personnels), ma mère m'avait priée de sortir pour passer du temps avec des amis et des proches. Elle était tellement ravie d'être grand-mère. La cause de sa mort : streptocoque hémolytique du groupe A, une bactérie « carnivore ».

Mes deux filles étaient également porteuses du streptocoque A de même type et ont reçu immédiatement des antibiotiques.

Comme vous pouvez l'imaginer, j'ai vécu dans un cocon pendant au moins cinq ans. Le chagrin et la culpabilité en étaient à l'origine. Mais en tant que fille, que mère et qu'infirmière, je me suis sentie investie d'une grande responsabilité pour changer les choses.

Ma passion

Linda Proce smiling portrait
Linda Proce

Un adage dit qu'il y a deux versions à chaque histoire. Eh bien, mon histoire des soins de santé en compte trois. Commençons par mon expérience personnelle du système des soins de santé. Pour être honnête, j'ai été confrontée à un réel défi.

Tout d'abord, la maladie cardiaque de mon père et qui lui fût fatale n'a, au départ, pas été correctement diagnostiquée comme hyperventilation. Quelques années plus tard, j'ai dû subir une intervention d'urgence pour me faire retirer un fœtus de 13 semaines de la trompe de Fallope. Ma grossesse était extra-utérine. La cause : un dispositif contraceptif intra-utérin mal placé par mon médecin a perforé mon utérus.

Et ensuite, ce fût au tour de ma mère.

Elle avait contracté une pneumonie. Le médecin a minimisé les symptômes de douleurs thoraciques et d'insuffisance respiratoire en simple « stress et fatigue » de veuve. L'autopsie a confirmé la pneumonie et la présence de bactéries Strep A dans la veine menant aux poumons. En raison de son système immunitaire affaibli, la pneumonie a été fatale.

Malgré tout cela, l'autre côté de l'histoire veut que, sur le plan professionnel, je croyais encore toujours aux soins de santé.

Nurse helping an elderly patient

Active pendant sept ans dans un hôpital universitaire, j'ai travaillé comme infirmière à l'unité de dermatologie et d'oncologie. Bien sûr, je n'étais pas Florence Nightingale mais je m'efforçais d'améliorer la vie des patients. Je suis finalement passée à l'aspect commercial des soins de santé et me suis concentrée sur la vente de dispositifs médicaux. Et en 2009, j'ai rejoint l'équipe HARTMANN. Ironie du sort, j'avais été pressentie pour une fonction dans deux autres divisions, mais lorsque j'ai accepté le poste en désinfection, pour moi, la boucle était bouclée.

Aujourd'hui, mon travail quotidien consiste à éduquer, à sensibiliser et à faire en sorte que les hôpitaux et les cliniques disposent des solutions et des informations nécessaires pour lutter contre les infections nosocomiales et les micro-organismes multirésistants.

Je souhaite à chacun de recevoir la même leçon mais à personne l'expérience que j'ai vécue. Tous ces moments ont eu un impact considérable tant sur le plan personnel que professionnel. Et aussi étrange que cela puisse paraître, ils m'ont apporté l'orientation dont j'avais besoin.
Et voici le troisième aspect de mon histoire : la passion que je nourris pour mon travail.

C'est une passion que je porte en moi comme fille de patient, comme mère et comme patiente moi-même. Chaque expérience a contribué à la joie que m'apporte mon travail. Le bon dosage de douleur et de raison de vivre. En effet, qu'est-ce que la vie sans un peu de sang, de sueur et de larmes ?