white background
The Science Behind

Le héros improbable

Parfois, ce sont les moments les plus courts, apparemment sans importance, qui ont le pouvoir de faire basculer votre vie.

Pour Scott, cela a eu lieu pendant un match de football. Remarquant un insecte sur sa jambe, il l’a balayé négligemment d’un revers de la main puis s’est remis à courir sur le terrain. De retour chez lui, il l’a nettoyé avec un antiseptique et a continué de vivre comme un professionnel actif et travailleur, père de deux enfants en bas âge..

D’une piqûre d’insecte à une plaie chronique de la jambe

Zetuvit Plus being applied to patient’s leg.

Mais au fil du temps, cette minuscule piqûre d’insecte s’est transformée en ulcère chronique de la jambe, ayant une incidence sur chaque facette de la vie de Scott. Pendant les huit années qui ont suivi, Scott a dû être hospitalisé à cause d’infections de la plaie, à chaque fois pendant au moins un mois, trois fois par an minimum. Pour Scott et sa famille, ce fut une période difficile. « Ma compagne ne conduit pas. Donc, quand j’étais à l’hôpital, je ne pouvais pas la voir, ni voir mes enfants, très souvent. Je me sentais très seul pendant cette période. » En plus de cela, l’inactivité forcée a entraîné une prise de poids, puis un diabète de type II et d’autres complications de santé. Et ce qui a commencé par une piqûre d’insecte a fait basculer la vie de Scott.

Une activité professionnelle et une vie de famille normales sont devenues impossibles : en raison de la grande quantité d’exsudats provenant de son ulcère, Scott devait se rendre au cabinet médical quatre fois par jour pour faire changer ses pansements. Il a même dû se mettre à dormir sur une chaise plutôt que dans un lit car cela devenait trop coûteux de continuer à remplacer les matelas abîmés par la quantité de liquide s’écoulant de la plaie.

« Mais vous savez ce qui était le pire ? » Lorsque vous êtes au supermarché et, qu’autour de vous, les gens font des remarques sur cette terrible odeur, alors que vous savez très bien qu’elle provient de vous », se souvient Scott.

Mais tout cela allait changer lorsque Scott a contacté un spécialiste local en viabilité tissulaire, David Gray. David savait tout simplement quel produit pouvait aider Scott à commencer à reprendre une vie normale : moi. Je suis Zetuvit®Plus, la compresse superabsorbante la plus utilisée en Europe.

Je l’avoue, je suis une héroïne improbable. Par rapport aux autres innovations en matière de soins de santé, je peux passer un peu inaperçue. Mais pour des gens comme Scott, j’ai un pouvoir superabsorbant qui permet de changer leur vie.

Impliquer les professionnels de santé

Close shot of the Zetuvit Plus product.

Ce sont les infirmiers et les soignants qui ont inspiré ma conception. Le personnel d’HARTMANN sur le terrain a remarqué que certains professionnels de santé traitaient les patients présentant des plaies fortement exsudatives à l’aide de produits pour l’incontinence plutôt que de pansements traditionnels en raison de leur capacité d’absorption élevée. Cela a fait réfléchir les scientifiques d’HARTMANN.

Ils ont fait équipe avec les professionnels de santé dans un groupe d’experts pour trouver une solution à ce besoin non satisfait de toute évidence. Ensemble, ils ont conclu qu’il était nécessaire d’avoir un produit qui, en plus d’offrir une capacité d’absorption et de rétention élevée, offrait une douceur, une flexibilité et un confort élevés pour le patient.

Le résultat de toute cette recherche : mon lancement en 2007, Zetuvit® Plus, à utiliser dans le traitement des plaies aiguës ou chroniques, moyennement à fortement exsudatives, telles que des ulcères et des cancers ulcéreux, ou des ulcères de la jambe comme Scott.

Depuis lors, je suis devenu le pansement le plus utilisé pour des plaies fortement exsudatives en Europe. Les polymères de ma structure peuvent absorber de grandes quantités de liquide comme les exsudats de plaies et les maintenir fermement. La couche externe, non tissée, au contact de la plaie est souple et je suis donc plus agréable au contact de la peau. De plus, je suis conçu pour garantir un transfert rapide des excès d’exsudats au cœur du pansement. J’offre également une agréable sensation matelassée grâce à l’ajout de fibres de cellulose dans mon cœur superabsorbant.

Faire passer le mot

A young father exercising push-ups with his son on his back

Mais vous n’êtes pas obligés de me croire sur parole. Lors de mon dixième anniversaire l’an dernier, HARTMANN a engagé une équipe multicentrique d’experts externes pour évaluer à quel point je suis efficace pour gérer les exsudats modérés à importants. Ils ont demandé aux cliniciens et aux patients d’évaluer mes performances*. Leur conclusion : je permets une meilleure guérison et réduis les lésions de la peau autour de la plaie, ce qui conduit à des niveaux de douleurs plus faibles. 83 % des cliniciens ont noté ma gestion du fluide dans le pansement en SAP comme étant « très bonne » et 13 % « bonne ». Tous les cliniciens qui m’ont testé dans l’étude ont déclaré qu’ils continueraient à m’utiliser. Mais qu’en pense Scott ?

Il est du même avis. Il est traité avec moi et il est désormais nécessaire de changer les pansements deux fois moins souvent. Scott raconte qu’il est capable de revenir à des habitudes de travail normales et que sa qualité de vie s’est améliorée. Les hospitalisations appartiennent au passé. Scott a repris sa vie en main. Son seul souhait aurait été de me rencontrer plus tôt.

Il déclare : « Si quelqu’un d’autre se trouvant dans ma situation, ou dans une situation similaire, avait pu me dire à quel point Zetuvit® Plus était efficace pour contrôler l’exsudat, contrôler les odeurs et à quel point il était confortable, j’aurais adopté ce pansement immédiatement. »

Comme je l’ai dit, ce sont parfois les plus petites choses de la vie qui peuvent avoir une incidence considérable et transformer un pansement en un héros improbable.

* Barrett, S. et al. (2018). A 50 patient observational clinical study of a superabsorbent dressing: effective exudate management with Zetuvit® Plus evaluated by clinicians and patients. Journal of Wound Care vol. 27, no. 2, February 2018