white background
At the HART

Comment le cancer du sein a mis ma vie sens dessus dessous

Après avoir été diagnostiquée d'un cancer du sein en 2008, Cassandra Cerecedo a eu une révélation : quand la santé ne va pas, plus rien n'a d'importance ! Voici son histoire.

Le commencement

Tout a commencé en octobre 2008 lorsque j'ai senti une petite boule de la taille d'un petit pois dans le sein en me palpant. Je ne la sentais que dans certaines positions. Depuis des mois, mon mari et moi avions prévu un voyage de 12 semaines, mais il a insisté pour que je consulte un médecin avant le départ.
Le généraliste ne sentait rien. J'ai demandé à passer une échographie. Les jours qui ont suivi, j'ai été tâtée, piquée, comprimée et pincée, et j'avais l'impression que tout le monde en ville avait vu ma poitrine.
C'est alors que l'oncologue a déclaré que les résultats étaient positifs.

Cassandra Cerecedo
Cassandra Cerecedo

J'avais 31 ans. Mon fils était alors âgé de cinq ans. Nous étions censés entreprendre le voyage de notre vie.
J'étais désespérée. J'avais le tournis et l'estomac tout retourné. Je n'étais en mesure d'absorber aucune information. Heureusement que mon mari était à mes côtés et assimilait tout ce que je ne pouvais pas.

Parcours éprouvant
Comme mon cancer était agressif, je savais qu'une période difficile m'attendait. J'étais prête à endurer tout ce qui était nécessaire pour assurer mes meilleures chances de survie.

J'avais peur de mourir et de laisser mon fils et mon mari derrière moi, de manquer tous les grands moments de la vie. J'étais en colère parce que mon souhait d'avoir encore des enfants était sans doute réduit à néant. J'étais stressée à l'idée que je ne pouvais travailler pour aider à payer les factures. Je me sentais seule car toutes les autres femmes en traitement autour de moi étaient nettement plus âgées.

J'ai subi une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur, suivi six cycles de chimiothérapie sur six mois et ensuite des séances de radiothérapie pendant sept semaines. L'opération fut assez simple. Mais la chimio fut un enfer : j'étais prise de nausées à tous moments et je devais m'isoler de ma famille pendant les premiers jours suivant chaque traitement. Je devais utiliser une salle de bains séparée à cause de la toxicité des médicaments. J'étais sans cesse fatiguée. Ensuite, la radiothérapie fut très douloureuse. Ma peau était littéralement brûlée.

La vie prend une toute autre tournure lorsque vous avez le cancer. C'est comme si tout était mis en attente. J'étais physiquement épuisée et ne me sentais pas capable de faire grand chose. J'ai dû arrêter de travailler, car je n'en avais pas la force physique. Ma capacité de concentration diminuait également. Je ne voulais pas voir beaucoup de monde, car j'avais perdu mes cheveux et j'étais mal à l'aise.
Heureusement, mon traitement a fonctionné. J'ai eu la chance de ne pas avoir de métastases dans les ganglions lymphatiques. Les scanners et les tests après six mois n'indiquaient plus aucun signe de cancer. Ce fut naturellement un immense soulagement. Mais me rendre aux contrôles annuels était très stressant ; vous devez attendre les résultats avant de vous entendre dire que tout est en ordre.

Leçons de vie

Group photo of Cassandra Cerecedo and her colleagues at a lunch event

Cette expérience m'a appris que sans la santé, plus rien n'a d'importance. Le temps que j'investis dans ma santé et que je consacre à ma famille est capital. J'éprouve une immense gratitude à l'égard de la vie, des arbres, du ciel. À chaque occasion, je dis à mes proches combien je les aime.

Aujourd'hui, je m'intéresse passionnément à la sensibilisation du cancer du sein. Si on ne peut le prévenir, les chances de survie sont de 96 % s'il est traité à temps. Pendant des années, j'ai informé amis, parents et collègues. Aujourd'hui, je suis devenue une porte-parole du « Cancer Council » en Australie et j'interviens lors d'événements publics.

Je suis aujourd'hui en vie, car j'ai détecté le cancer avant qu'il ne se propage. Quatre ans plus tard, deux de mes tantes ont été diagnostiquées et sont malheureusement mortes du cancer dans l'année, car les métastases avaient déjà atteint les os et les organes. Chez ma mère, par contre, des modifications cellulaires anormales ont été détectées à un stade précoce et elle est aujourd'hui en vie et se porte bien.

Prenez votre santé en main
Ici, en Australie, le cancer du sein est diagnostiqué chez une femme sur dix en cours de vie. Après le cancer du poumon, il s'agit du cancer le plus meurtrier chez la femme. Et ce n'est pas une maladie de femme âgée ; il frappe à tous les âges.

Je recommande vivement à toutes les femmes d'examiner leurs seins une fois par mois. Apprenez à connaître votre « état normal » afin de détecter tout changement. Prenez votre santé en main, au sens propre du terme ! Et en cas de doute, ne soyez pas négligente ; consultez un médecin. Cela peut vous sauver la vie.